Le hacking des prothèses auditives

par | une réponse

Face aux contraintes imposées par les appareils actuels de correction auditive, un nombre croissant d’utilisateurs a relevé le pari de les améliorer, grâce à un minimum d’expertise en matière de « hacking », voire de bricolage.

En effet, contrairement au port de lunettes, qu’un opticien peut calibrer à la perfection dès la première visite, le réglage initial d’un appareil auditif est rarement adapté à différents environnements sonores. Cet état de fait entraine chez l’utilisateur une grande frustration ainsi qu’un besoin de remédier à la situation par ses propres moyens. Pour répondre à ce besoin fondamental, un mouvement qualifié d’ “auto-tuning” s’est mis en place.

Novateur et axé sur la personne, il permet à chacun de personnaliser son appareil auditif, en fonction de son handicap, de ses habitudes et surtout de ses envies. Ce phénomène s’inscrit dans une tendance générale de simplification des appareils auditifs, adaptés à un public âgé et désireux d’une technologie facile d’utilisation.

Dans le même temps, une génération de jeunes férus d’informatique et de liberté a relevé le défi de connecter les appareils auditifs à toutes sortes de matériel périphérique grand public, comme par exemple un casque Bluetooth, pour en simplifier l’interface.

Enfin, ce mouvement d’auto-tuning prône une conception uniformisée des appareils d’aide auditive, avec des composants interchangeables, de façon à permettre aux particuliers de se procurer plus facilement l’équipement adéquat.

Vers un appareil auditif en open-source ?

Suite logique de cette tendance : la création d’un appareil auditif reposant sur le principe du logiciel libre.

Ce projet, porté par un ingénieur écossais Martin Ling, séduit les adeptes de l’ “auto-tuning”, sensibles à l’argument selon lequel chaque utilisateur devrait pouvoir ajuster au quotidien un appareil, aussi essentiel qu’omniprésent. Porteur d’espoirs, ce projet n’arrive pourtant pas à susciter l’adhésion du secteur de l’audioprothèse, peu convaincu de sa viabilité face aux appareils ayant bénéficié d’importants investissements en recherche et développement.

Le financement des premiers prototypes devrait en effet reposer sur les contributions des supporters, à travers une plate-forme participative comme Kickstarter. Ce projet d’appareil auditif au logiciel libre devrait proposer une technologie de pointe, une batterie longue durée, et s’affranchirait des câbles grâce à une connectivité Bluetooth.

Une chose est certaine, son interface extrêmement intuitive permettra à l’utilisateur de régler la sensibilité, pour une perception auditive optimale tout au long de la journée et quelle que soit l’activité.

Source : BBC

Publié dans : Les appareils auditifs
  1. Hugo

    Bientôt en “hackant” les prothèses auditives on pourra savoir ce qu’entendent et disent en direct tout les temps les personnes équipées !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *